la recherche du bon emploi

c'est tout simplement notre métier

HOME PAGE
CHERCHER UN CV
GUIDE
NOS SERVICES
COACHING EMPLOI
WEB-TV

HOME PAGE

CHERCHER UN CV

GUIDE

NOS SERVICES

COACHING EMPLOI

WEB-TV


Le marché et les Visas de travail au Québec Canada


Parmi les secteurs les plus en croissance, on peut aussi mentionner l'aérospatiale. Ce secteur représenterait 39 130 emplois répartis dans 205 entreprises, selon des données de 2016 du ministère de l'économie, des sciences et de l'innovation du Québec. Montréal est considérée comme le 2e pôle de l'industrie aérospatiale en Amérique du Nord. Bell, Bombardier, Helicopter Textron et Pratt & Whitney sont quelques-unes des entreprises d'aérospatiale basées à Montréal.

La métropole québécoise est également considérée comme la capitale canadienne de la production de jeux-vidéos. Le Grand Montréal serait même le 5ème pôle mondial du jeu vidéo selon le site Montréal International. Des entreprises mondialement connues comme Ubisoft, Gameloft, Warner Bros et Eidos ont des studios à Montréal. Selon l'Entertainment Software Association of Canada (ESAC), le nombre d'entreprises du secteur a augmenté de 42 % depuis 2015. En fait, c'est une ville très dynamique sur le plan de la créativité : les secteurs des effets visuels et du cinéma y ont d'ailleurs une place de choix. Selon le site Je Choisis Montréal, les secteurs de l'intelligence artificielle, des sciences de la vie et des technologies de la santé devraient eux aussi recruter à tour de bras dans les années à venir. Comme partout au Québec, Montréal a également un fort besoin d'infirmières, d'aides-soignants, etc.

Les postes qui emploient le plus grand nombre de personnes à Montréal
Le secteur du tertiaire est également très dynamique à Montréal. Dans la liste des professions les plus en demande à Montréal, qui peut être consultée sur le site Organismes.org, on retrouve, par exemple, les métiers d'enseignant, d'aide-infirmière, de travailleur social, d'aide-familial, de chef-cuisinier, de soudeur, d'installateur et réparateur d'outil de télécommunication, de mécanicien, de chauffeur-livreur et de manutentionnaire.

Certaines professions qui n'exigent pas un haut niveau d'études ni de spécialisation sont bien valorisées au Québec. Par exemple, grâce aux pourboires, un serveur peut gagner près de 17 $ CA de l'heure à Montréal, voire plus selon l'achalandage du restaurant dans lequel il travaille. Il en va de même, par exemple, pour les agents de sécurité qui doivent être payés au minimum 18,34 $ CA de l'heure, salaire auquel s'ajoutent éventuellement des primes de déplacement, des primes de nuit ou des primes d'utilisation d'un véhicule personnel.

Des outils pour explorer les perspectives d'emploi dans son domaine à Montréal
Si vous souhaitez explorer les perspectives offertes dans votre domaine d'emploi ou dans votre domaine d'étude à Montréal, n'hésitez pas à aller fouiller sur le site d'Emploi Québec. Faire une recherche sur votre métier dans l'onglet Métiers et professions de la section Information sur le marché du travail (IMT) vous permettra de connaître le salaire horaire estimé au Québec et d'avoir des informations sur les perspectives d'emploi, sur la nature du travail et sur les fonctions qui y sont reliées. Vous pouvez également consulter la section Analyse de tendance du site officiel Guichet-emplois.ca.

La culture du travail à Montréal

1-Les rapports de travail à Montréal
€ Montréal, le poids de la hiérarchie n'est pas aussi lourd que dans d'autres pays. Vous pourrez très facilement discuter avec votre patron, que les Montréalais désignent par le terme " boss ", ainsi qu'avec vos autres supérieurs. De plus, les Québécois se tutoient d'emblée au travail comme dans la rue et dans les commerces. Cette règle peut faciliter les rapports humains et vous aider à vous sentir proche de vos collègues, à condition, bien s»r, de ne pas oublier d'être respectueux pour autant.

Même en cas de désaccord ou mésentente, les Québécois s'efforcent de rester calmes et polis. Si vous êtes du genre franc et impulsif, vous pourriez bien être déstabilisé par la façon dont les Montréalais gèrent les conflits.

En ce qui concerne le code vestimentaire, il est plus ou moins rigide selon l'entreprise et le secteur d'emploi. Cela dépend aussi de si vous êtes au contact d'une clientèle ou enfermé dans un bureau toute la journée. Dans certains magasins et restaurants, tout comme dans le milieu de la santé, on peut demander aux employés de porter un uniforme.

2-Les possibilités d'avancement à Montréal

A Montréal, la réussite n'est pas un complexe. Si vous prenez des initiatives et que vous vous investissez dans votre travail, vous monterez les échelons rapidement. N'hésitez pas à vous montrer ambitieux et à demander plus de responsabilités : ce sont des traits de caractère bien acceptés à Montréal.

3-Le rythme de travail à Montréal

Les horaires classiques de bureau sont de 9h à 17h. Toutefois, nombreux sont les employés qui préfèrent arriver plus tôt, entre 7h et 8h, et quittent le bureau à 15h ou 16h. En général, les Québécois sont plus lève-tot que couche-tard. Quant à la pause déjeuner, elle dure une trentaine minutes : on préfère quitter plus tôt l'après-midi que s'éterniser à midi. Evidemment, les horaires peuvent varier selon les périodes et selon les secteurs. En été, certaines entreprises ferment plus tôt pour permettre à leurs employés d'avoir leur vendredi après-midi de libre.

A Montréal, le plus important est de savoir faire preuve de flexibilité et de souplesse, surtout que les patrons aiment travailler avec des employés sur lesquels ils peuvent compter. Si vous travailler dans le secteur des services, sachez qu'il n'est pas rare de travailler les nuits et les week-ends. De plus, vous commencerez peut-être en étant sur une liste d'appel : cela signifie que votre boss ne vous appellera que s'il a du travail pour vous. En pratique, vous pouvez tout à fait travailler à temps plein en étant sur une liste d'appel, mais en théorie, votre employeur vous dira qu'il ne peut rien vous promettre en termes de temps de travail. Si vous savez vous rendre disponible quand il le faut et que vous assurez au travail, vous disposerez d'une bonne marge de man?"uvre et personne ne viendra vous reprocher de partir plus tôt de temps en temps. En fait, cela ne choquera pas, car les Montréalais aiment profiter de leurs après-midis pour s'adonner à des activités sportives ou culturelles. Les employés disponibles sont appréciés et on vous confiera certainement de plus en plus de tâches et de responsabilités.

La conciliation travail-famille est un enjeu important au Québec et les entreprises le savent bien. La loi québécoise appuie beaucoup les parents en ce sens et vous n'aurez pas trop de mal à obtenir des accommodements si vous avez des obligations familiales. Sachez que le Québec est un des endroits au monde les plus généreux en matière de congé maternel et paternel lors de la naissance d'un enfant.

4-Le 5 à 7 : un after-work à ne pas manquer à Montréal

Si vous travaillez dans une entreprise montréalaise, vous finirez inévitablement par être invité dans un 5 à 7. Ce terme désigne le fait d'aller boire un verre après le travail, de 17h - heure à laquelle la plupart des Montréalais quittent le travail - jusqu'à 19h. Le 5 à 7 est un bon moyen de côtoyer vos collègues ailleurs qu'au bureau et d'élargir votre cercle de connaissances.

5-Le droit du travail au Québec*

Partout au Québec, la durée normale d'une semaine de travail à temps plein est de 40 heures. Les heures supplémentaires sont payées une fois et demie le salaire horaire habituel ou, sur demande de l'employé, sous forme de congé équivalent aux heures supplémentaires majorées de 50 %. Tous les salariés ont droit à une pause de 30 minutes au-delà de cinq heures de travail consécutives.

Concernant les vacances, vous aurez le droit à deux semaines continues de congés payés si vous avez d'un an à moins de trois ans d'ancienneté et à trois semaines continues de congés payés à partir de trois ans d'ancienneté. Si vous avez moins d'un an d'ancienneté, vous cumulerez un jour de congé payé par mois de travail. Dans tous les cas, votre employeur a le dernier mot sur vos dates de vacances.

Les jours suivants sont fériés, chômés et payés pour la plupart des salariés :

le 1er janvier (jour de l'An)
le Vendredi saint ou le lundi de Pâques, au choix de l'employeur
le lundi qui précède le 25 mai (Journée nationale des patriotes)
le 24 juin (fête nationale du Québec)
le 1er juillet ou, si c'est un dimanche, le 2 juillet (Fête du Canada)
le 1er lundi de septembre (fête du Travail)
le 2e lundi d'octobre (Action de grâces)
le 25 décembre (jour de No«l).

Visas de travail au Québec
Le Québec est une terre d'immigration et le gouvernement québécois cherche à attirer chaque année une main-d'oeuvre qualifiée et francophone. Plusieurs possibilités s'offrent à vous si vous voulez vous installer au Québec.

Pour travailler au Québec, vous devez, une fois sur place, demander votre Numéro d'Assurance Sociale (NAS), qui est un numéro personnel d'identification indispensable pour occuper un emploi, ouvrir un compte en banque et vous enregistrer auprès de l'administration fiscale.

Vous ne pouvez pas demander votre NAS en dehors du Canada. Pour obtenir celui-ci, vous devez vous rendre auprès du centre Service Canada de votre localité avec votre passeport et une preuve de votre statut au Canada. Votre numéro NAS vous sera communiqué directement au guichet. La démarche est gratuite.

La plupart des demandeurs de résidence permanente, visa de visiteur, permis d'études et permis de travail doivent dorénavant fournir leurs données biométriques. Si vous avez déjà fourni vos données biométriques dans le cadre d'une autre demande de visa ou de permis, celles-ci demeurent valides durant 10 ans.

Le visa de résident permanent
Le statut de résident permanent permet l'installation dans la province pour une durée illimitée. Il permet d'accéder au marché du travail sans restriction et garantit à ses titulaires les mêmes droits qu'aux ressortissants québécois en ce qui concerne la santé, les prestations sociales, l'éducation et l'emploi.

La résidence permanente n'autorise cependant pas à voter ni à occuper certains emplois qui requièrent une autorisation de sécurité de haut niveau. Même avec la résidence permanente, vous ne pourrez pas demeurer au Canada si vous êtes reconnu coupable d'un acte criminel grave.

Procédure d'obtention d'un visa de résident permanent

La procédure d'obtention d'un visa de résident permanent dépend de votre profil. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration du Québec (MIFI).

Programme de l'expérience québecoise

Si vous avez obtenu un diplôme du Québec et que vous travaillez au Québec depuis au moins 12 mois à temps plein, ou que vous travaillez présentement au Québec à temps plein depuis au moins 24 mois, vous pouvez demander un Certificat de sélection du Québec (CSQ) par le bais du Programme de l'expérience québécoise (PEQ). Ce CSQ vous permettra de demander ensuite la résidence permanente au niveau fédéral. Il vous permettra aussi de rester au Québec à l'expiration de votre permis actuel, à condition d'avoir une offre d'emploi valide -Pour connaitre la liste des documents à fournir, consultez le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI) du Québec. Sachez également que tous les emplois ne sont pas admissibles au PEQ.

Programme régulier des travailleurs qualifiés

Pour demander la résidence permanente par le biais du Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec, les candidats peuvent déposer en tout temps une déclaration d'intérêt sur le portail Arrima. Cette procédure est gratuite et la déclaration restera valable pendant 12 mois. Le gouvernement du Québec sélectionne ensuite les candidats ayant déposé une déclaration d'intérêt en fonction des besoins de main d'oeuvre dans la Province et des profils des candidats. Les candidats francophones et ceux dont le profil correspond au marché du travail seront privilégiés. La sélection se fait donc à partir d'une grille constituée de facteurs et de critères auxquels un pointage est associé. Des points vous seront alloués pour chacun des facteurs et des critères de sélection applicables. Parmi ces facteurs et critères, on trouve, par exemple, l'âge, le niveau de scolarité, l'expérience du français, les précédents séjours au Québec, etc.

Vous devrez ensuite attendre d'être invité par les autorités à présenter une demande de sélection permanente. Si vous recevez une invitation, vous aurez alors 90 jours pour envoyer les documents exigés et payer les droits pour l'examen de votre demande. Votre demande de sélection peut être acceptée sur dossier, mais l'on peut aussi vous demander de vous rendre à une entrevue. Sachez que vous devrez envoyer vos diplômes, vos documents d'état civil, des preuves d'emploi et des preuves de votre niveau de français. Tous les documents qui sont rédigés dans une autre langue que l'anglais ou le français devront être accompagnés d'une traduction effectuée par un traducteur reconnu..


Les frais de traitement d'une demande de CSQ via PEQ sont de 822 $CA pour le demandeur principal et de 176 $ CA pour l'époux, l'épouse, le conjoint de fait et chaque enfant du demandeur principal (septembre 2021)

VISA permanent
Après la sélection par le Québec, vous devrez passer l'ultime étape du processus d'immigration : celle de l'admission par le gouvernement fédéral canadien. C'est à ce stade que vous demanderez votre visa de résident permanent.

Vous joindrez à votre demande de visa votre CSQ ainsi que des documents annexes tels que des attestations médicales, un extrait de casier judiciaire pour chaque pays dans lequel vous avez vécu plus de six mois et le paiement des frais de 825 $ CA. Des frais additionnels de 500 $ CA s'appliquent pour l'obtention du statut de résident permanent au Canada. Notez que la décision de sélection permanente par le Québec est valable 24 mois ou jusqu'à ce qu'une décision ait été rendue au niveau fédéral.

Lorsque toutes ces démarches sont effectuées, et sur acceptation du gouvernement fédéral canadien, vous pouvez faire apposer le visa sur votre passeport directement auprès de l'ambassade du Canada de votre région ou l'envoyer par courrier'; l'ambassade vous le retournera par voie postale. Les citoyens de certains pays ayant passé un accord avec le Canada, comme la France, n'ont pas besoin du visa et reçoivent simplement un courrier nommé "Confirmation de Résidence permanente".

Une fois le statut de résident permanent obtenu, vous recevrez votre carte de résident permanent à votre adresse au Canada. Notez que vous disposez d'un délai de 180 jours pour envoyer votre adresse à Immigration, Réfugiés, Citoyenneté Canada (IRCC), une fois que vous serez arrivé au Canada. Si vous dépassez ce délai, vous devrez payer des frais de 50 $ CA et demander une nouvelle carte. La carte de résident permanent, valable cinq ans, est une pièce d'identité à part entière. Des frais de 50 $ CA s'appliquent pour son renouvellement.

Le permis de travail temporaire

Pour demander un visa de travail temporaire au Québec, vous devez au préalable décrocher un contrat de travail dans la province. Pour ne pas concurrencer les Canadiens sur le marché de l'emploi local, la Direction des ressources humaines (DRH) de l'entreprise qui souhaite vous embaucher doit faire certifier l'offre d'emploi auprès du ministère des Ressources humaines du Canada et réaliser une Ces deux procédures sont payantes.

L'entreprise qui souhaite vous employer devra faire paraître l'offre d'emploi sur le site Internet d'Emploi Québec, afin que des travailleurs locaux puissent éventuellement se manifester.

Si la réponse à l'EIMT est favorable, le candidat étranger devra procéder à une demande de sélection temporaire auprès du MIFI. Des frais de 205 $ CA s'appliquent pour cette demande.

Une fois votre sélection temporaire obtenue, vous devez envoyer votre demande de permis de travail par voie postale au bureau fédéral de Vegreville en Alberta ou déposer une . Si vous êtes déjà au Québec, vous pourrez l'obtenir directement auprès du bureau de l'immigration lors d'un passage d'entrée sur le territoire canadien.


L'employeur qui souhaite vous embaucher sera dispensé d'EIMT si vous avez obtenu un CSQ pour la résidence permanente ou un permis jeune professionnel. De plus, certaines professions sont exemptées de permis de travail (athlètes, journalistes, etc.). La liste de ces professions est disponible sur le .

Le PVT - Programme Vacances Travail

Le PVT Canada est un permis de travail temporaire et ouvert qui offre la possibilité aux ressortissants âgés de 18 à 30 ans (voire 35 ans si vous êtes français) d'un trentaine de pays de travailler sur le territoire canadien. Ce programme dépend d'Expérience Internationale Canada (EIC) qui permet aux jeunes d'acquérir une expérience professionnelle au Canada. Notez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une offre d'emploi pour bénéficier de ce programme.

Pour obtenir un PVT, vous devez vous inscrire en ligne au bassin de candidats d'EIC et attendre l'ouverture d'une ronde d'invitation par le gouvernement canadien. Vous ne pourrez présenter une demande que si le gouvernement canadien vous tire au sort et vous invite à le faire.

Depuis novembre 2014, la durée du PVT Canada est de 24 mois. Les candidats en provenance du Royaume-Uni, de Finlande, de Suède, du Danemark, d'Autriche, de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Irlande, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Suisse, d'Afrique du Sud et d'Ukraine peuvent participer au programme EIC. Les conditions peuvent différer selon la nationalité du demandeur.

Afin de constituer votre dossier de demande, vous devez fournir les documents suivants : une photocopie du passeport, un CV, quatre photos de type passeport et une attestation financière certifiant que pourrez subvenir à vos besoins à hauteur de 2500 $ CA et des certificats de police des pays dans lesquels vous avez vécu Vous devrez également présenter une preuve d'assurance pour toute la durée de votre séjour. Durant le covid, il était demandé aux demandeurs d'un PVT de présenter une promesse d'embauche d'un employeur canadien. Cette mesure n'est plus en vigueur depuis la réouverture des frontières du Canada le 7 septembre 2021.

Si vous souhaitez travailler dans le milieu hospitalier ou éducatif, une visite médicale peut être exigée. Postez ensuite votre demande à l'Ambassade du Canada de votre pays ou au bureau des visas qui couvre votre zone géographique. Les délais de traitement sont variables, entre trois et huit semaines en général.

Si votre demande est acceptée, présentez la lettre d'acceptation que vous aurez reçue aux services de l'immigration dès l'arrivée au Canada. Les agents d'immigration vous demanderont également l'attestation d'assurance maladie-hospitalisation-rapatriement que vous devez obligatoirement souscrire avant le départ. On pourrait aussi vous demander de présenter un billet d'avion de retour.

Sachez enfin que le visa PVT n'est pas renouvelable : on peut ne le demander qu'une fois. Néanmoins, si vous avez demandé un visa PVT pour une durée inférieure à un an et que vous désirez le prolonger, faites-en la demande au minimum 30 jours avant la date d'expiration du permis auprès des services d'immigration.

Des frais administratifs de 341 $ CA en septembre 2021 sont applicables pour une demande de PVT.

Le permis jeune professionnel
Le permis jeune professionnel est un permis de travail fermé qui s'adresse aux jeunes dont le pays a passé un accord bilatéral avec le Canada et qui détiennent une offre d'emploi d'un employeur canadien. Le poste doit être lié à leur domaine d'études ou à leur parcours professionnel. Pour obtenir un permis jeune professionnel, vous devrez vous inscrire dans le bassin de candidats d'EIC, comme pour le PVT, et attendre d'être tiré au sort et de recevoir une invitation à présenter une demande. Votre employeur devra de son côté se créer un profil sur le portail des employeurs, créer une offre d'emploi, payer des frais de conformité de 230 $ et vous donner le numéro de l'offre d'emploi car vous devrez l'inscrire dans votre demande après avoir reçu une invitation. Si vous recevez une invitation, vous aurez vous aussi des frais de 156 $ à payer. Notez que le permis jeune professionnel ne permet pas de changer d'employeur comme bon vous semble. Comme pour le PVT, vous devrez souscrire à une assurance maladie-hospitalisation-rapatriement d'une durée de 24 mois, qui est la durée maximale du permis jeune professionnel.



... BACK



Le marché et les Visas de travail au Québec Canada


Parmi les secteurs les plus en croissance, on peut aussi mentionner l'aérospatiale. Ce secteur représenterait 39 130 emplois répartis dans 205 entreprises, selon des données de 2016 du ministère de l'économie, des sciences et de l'innovation du Québec. Montréal est considérée comme le 2e pôle de l'industrie aérospatiale en Amérique du Nord. Bell, Bombardier, Helicopter Textron et Pratt & Whitney sont quelques-unes des entreprises d'aérospatiale basées à Montréal.

La métropole québécoise est également considérée comme la capitale canadienne de la production de jeux-vidéos. Le Grand Montréal serait même le 5ème pôle mondial du jeu vidéo selon le site Montréal International. Des entreprises mondialement connues comme Ubisoft, Gameloft, Warner Bros et Eidos ont des studios à Montréal. Selon l'Entertainment Software Association of Canada (ESAC), le nombre d'entreprises du secteur a augmenté de 42 % depuis 2015. En fait, c'est une ville très dynamique sur le plan de la créativité : les secteurs des effets visuels et du cinéma y ont d'ailleurs une place de choix. Selon le site Je Choisis Montréal, les secteurs de l'intelligence artificielle, des sciences de la vie et des technologies de la santé devraient eux aussi recruter à tour de bras dans les années à venir. Comme partout au Québec, Montréal a également un fort besoin d'infirmières, d'aides-soignants, etc.

Les postes qui emploient le plus grand nombre de personnes à Montréal
Le secteur du tertiaire est également très dynamique à Montréal. Dans la liste des professions les plus en demande à Montréal, qui peut être consultée sur le site Organismes.org, on retrouve, par exemple, les métiers d'enseignant, d'aide-infirmière, de travailleur social, d'aide-familial, de chef-cuisinier, de soudeur, d'installateur et réparateur d'outil de télécommunication, de mécanicien, de chauffeur-livreur et de manutentionnaire.

Certaines professions qui n'exigent pas un haut niveau d'études ni de spécialisation sont bien valorisées au Québec. Par exemple, grâce aux pourboires, un serveur peut gagner près de 17 $ CA de l'heure à Montréal, voire plus selon l'achalandage du restaurant dans lequel il travaille. Il en va de même, par exemple, pour les agents de sécurité qui doivent être payés au minimum 18,34 $ CA de l'heure, salaire auquel s'ajoutent éventuellement des primes de déplacement, des primes de nuit ou des primes d'utilisation d'un véhicule personnel.

Des outils pour explorer les perspectives d'emploi dans son domaine à Montréal
Si vous souhaitez explorer les perspectives offertes dans votre domaine d'emploi ou dans votre domaine d'étude à Montréal, n'hésitez pas à aller fouiller sur le site d'Emploi Québec. Faire une recherche sur votre métier dans l'onglet Métiers et professions de la section Information sur le marché du travail (IMT) vous permettra de connaître le salaire horaire estimé au Québec et d'avoir des informations sur les perspectives d'emploi, sur la nature du travail et sur les fonctions qui y sont reliées. Vous pouvez également consulter la section Analyse de tendance du site officiel Guichet-emplois.ca.

La culture du travail à Montréal

1-Les rapports de travail à Montréal
€ Montréal, le poids de la hiérarchie n'est pas aussi lourd que dans d'autres pays. Vous pourrez très facilement discuter avec votre patron, que les Montréalais désignent par le terme " boss ", ainsi qu'avec vos autres supérieurs. De plus, les Québécois se tutoient d'emblée au travail comme dans la rue et dans les commerces. Cette règle peut faciliter les rapports humains et vous aider à vous sentir proche de vos collègues, à condition, bien s»r, de ne pas oublier d'être respectueux pour autant.

Même en cas de désaccord ou mésentente, les Québécois s'efforcent de rester calmes et polis. Si vous êtes du genre franc et impulsif, vous pourriez bien être déstabilisé par la façon dont les Montréalais gèrent les conflits.

En ce qui concerne le code vestimentaire, il est plus ou moins rigide selon l'entreprise et le secteur d'emploi. Cela dépend aussi de si vous êtes au contact d'une clientèle ou enfermé dans un bureau toute la journée. Dans certains magasins et restaurants, tout comme dans le milieu de la santé, on peut demander aux employés de porter un uniforme.

2-Les possibilités d'avancement à Montréal

A Montréal, la réussite n'est pas un complexe. Si vous prenez des initiatives et que vous vous investissez dans votre travail, vous monterez les échelons rapidement. N'hésitez pas à vous montrer ambitieux et à demander plus de responsabilités : ce sont des traits de caractère bien acceptés à Montréal.

3-Le rythme de travail à Montréal

Les horaires classiques de bureau sont de 9h à 17h. Toutefois, nombreux sont les employés qui préfèrent arriver plus tôt, entre 7h et 8h, et quittent le bureau à 15h ou 16h. En général, les Québécois sont plus lève-tot que couche-tard. Quant à la pause déjeuner, elle dure une trentaine minutes : on préfère quitter plus tôt l'après-midi que s'éterniser à midi. Evidemment, les horaires peuvent varier selon les périodes et selon les secteurs. En été, certaines entreprises ferment plus tôt pour permettre à leurs employés d'avoir leur vendredi après-midi de libre.

A Montréal, le plus important est de savoir faire preuve de flexibilité et de souplesse, surtout que les patrons aiment travailler avec des employés sur lesquels ils peuvent compter. Si vous travailler dans le secteur des services, sachez qu'il n'est pas rare de travailler les nuits et les week-ends. De plus, vous commencerez peut-être en étant sur une liste d'appel : cela signifie que votre boss ne vous appellera que s'il a du travail pour vous. En pratique, vous pouvez tout à fait travailler à temps plein en étant sur une liste d'appel, mais en théorie, votre employeur vous dira qu'il ne peut rien vous promettre en termes de temps de travail. Si vous savez vous rendre disponible quand il le faut et que vous assurez au travail, vous disposerez d'une bonne marge de man?"uvre et personne ne viendra vous reprocher de partir plus tôt de temps en temps. En fait, cela ne choquera pas, car les Montréalais aiment profiter de leurs après-midis pour s'adonner à des activités sportives ou culturelles. Les employés disponibles sont appréciés et on vous confiera certainement de plus en plus de tâches et de responsabilités.

La conciliation travail-famille est un enjeu important au Québec et les entreprises le savent bien. La loi québécoise appuie beaucoup les parents en ce sens et vous n'aurez pas trop de mal à obtenir des accommodements si vous avez des obligations familiales. Sachez que le Québec est un des endroits au monde les plus généreux en matière de congé maternel et paternel lors de la naissance d'un enfant.

4-Le 5 à 7 : un after-work à ne pas manquer à Montréal

Si vous travaillez dans une entreprise montréalaise, vous finirez inévitablement par être invité dans un 5 à 7. Ce terme désigne le fait d'aller boire un verre après le travail, de 17h - heure à laquelle la plupart des Montréalais quittent le travail - jusqu'à 19h. Le 5 à 7 est un bon moyen de côtoyer vos collègues ailleurs qu'au bureau et d'élargir votre cercle de connaissances.

5-Le droit du travail au Québec*

Partout au Québec, la durée normale d'une semaine de travail à temps plein est de 40 heures. Les heures supplémentaires sont payées une fois et demie le salaire horaire habituel ou, sur demande de l'employé, sous forme de congé équivalent aux heures supplémentaires majorées de 50 %. Tous les salariés ont droit à une pause de 30 minutes au-delà de cinq heures de travail consécutives.

Concernant les vacances, vous aurez le droit à deux semaines continues de congés payés si vous avez d'un an à moins de trois ans d'ancienneté et à trois semaines continues de congés payés à partir de trois ans d'ancienneté. Si vous avez moins d'un an d'ancienneté, vous cumulerez un jour de congé payé par mois de travail. Dans tous les cas, votre employeur a le dernier mot sur vos dates de vacances.

Les jours suivants sont fériés, chômés et payés pour la plupart des salariés :

le 1er janvier (jour de l'An)
le Vendredi saint ou le lundi de Pâques, au choix de l'employeur
le lundi qui précède le 25 mai (Journée nationale des patriotes)
le 24 juin (fête nationale du Québec)
le 1er juillet ou, si c'est un dimanche, le 2 juillet (Fête du Canada)
le 1er lundi de septembre (fête du Travail)
le 2e lundi d'octobre (Action de grâces)
le 25 décembre (jour de No«l).

Visas de travail au Québec
Le Québec est une terre d'immigration et le gouvernement québécois cherche à attirer chaque année une main-d'oeuvre qualifiée et francophone. Plusieurs possibilités s'offrent à vous si vous voulez vous installer au Québec.

Pour travailler au Québec, vous devez, une fois sur place, demander votre Numéro d'Assurance Sociale (NAS), qui est un numéro personnel d'identification indispensable pour occuper un emploi, ouvrir un compte en banque et vous enregistrer auprès de l'administration fiscale.

Vous ne pouvez pas demander votre NAS en dehors du Canada. Pour obtenir celui-ci, vous devez vous rendre auprès du centre Service Canada de votre localité avec votre passeport et une preuve de votre statut au Canada. Votre numéro NAS vous sera communiqué directement au guichet. La démarche est gratuite.

La plupart des demandeurs de résidence permanente, visa de visiteur, permis d'études et permis de travail doivent dorénavant fournir leurs données biométriques. Si vous avez déjà fourni vos données biométriques dans le cadre d'une autre demande de visa ou de permis, celles-ci demeurent valides durant 10 ans.

Le visa de résident permanent
Le statut de résident permanent permet l'installation dans la province pour une durée illimitée. Il permet d'accéder au marché du travail sans restriction et garantit à ses titulaires les mêmes droits qu'aux ressortissants québécois en ce qui concerne la santé, les prestations sociales, l'éducation et l'emploi.

La résidence permanente n'autorise cependant pas à voter ni à occuper certains emplois qui requièrent une autorisation de sécurité de haut niveau. Même avec la résidence permanente, vous ne pourrez pas demeurer au Canada si vous êtes reconnu coupable d'un acte criminel grave.

Procédure d'obtention d'un visa de résident permanent

La procédure d'obtention d'un visa de résident permanent dépend de votre profil. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration du Québec (MIFI).

Programme de l'expérience québecoise

Si vous avez obtenu un diplôme du Québec et que vous travaillez au Québec depuis au moins 12 mois à temps plein, ou que vous travaillez présentement au Québec à temps plein depuis au moins 24 mois, vous pouvez demander un Certificat de sélection du Québec (CSQ) par le bais du Programme de l'expérience québécoise (PEQ). Ce CSQ vous permettra de demander ensuite la résidence permanente au niveau fédéral. Il vous permettra aussi de rester au Québec à l'expiration de votre permis actuel, à condition d'avoir une offre d'emploi valide -Pour connaitre la liste des documents à fournir, consultez le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI) du Québec. Sachez également que tous les emplois ne sont pas admissibles au PEQ.

Programme régulier des travailleurs qualifiés

Pour demander la résidence permanente par le biais du Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec, les candidats peuvent déposer en tout temps une déclaration d'intérêt sur le portail Arrima. Cette procédure est gratuite et la déclaration restera valable pendant 12 mois. Le gouvernement du Québec sélectionne ensuite les candidats ayant déposé une déclaration d'intérêt en fonction des besoins de main d'oeuvre dans la Province et des profils des candidats. Les candidats francophones et ceux dont le profil correspond au marché du travail seront privilégiés. La sélection se fait donc à partir d'une grille constituée de facteurs et de critères auxquels un pointage est associé. Des points vous seront alloués pour chacun des facteurs et des critères de sélection applicables. Parmi ces facteurs et critères, on trouve, par exemple, l'âge, le niveau de scolarité, l'expérience du français, les précédents séjours au Québec, etc.

Vous devrez ensuite attendre d'être invité par les autorités à présenter une demande de sélection permanente. Si vous recevez une invitation, vous aurez alors 90 jours pour envoyer les documents exigés et payer les droits pour l'examen de votre demande. Votre demande de sélection peut être acceptée sur dossier, mais l'on peut aussi vous demander de vous rendre à une entrevue. Sachez que vous devrez envoyer vos diplômes, vos documents d'état civil, des preuves d'emploi et des preuves de votre niveau de français. Tous les documents qui sont rédigés dans une autre langue que l'anglais ou le français devront être accompagnés d'une traduction effectuée par un traducteur reconnu..


Les frais de traitement d'une demande de CSQ via PEQ sont de 822 $CA pour le demandeur principal et de 176 $ CA pour l'époux, l'épouse, le conjoint de fait et chaque enfant du demandeur principal (septembre 2021)

VISA permanent
Après la sélection par le Québec, vous devrez passer l'ultime étape du processus d'immigration : celle de l'admission par le gouvernement fédéral canadien. C'est à ce stade que vous demanderez votre visa de résident permanent.

Vous joindrez à votre demande de visa votre CSQ ainsi que des documents annexes tels que des attestations médicales, un extrait de casier judiciaire pour chaque pays dans lequel vous avez vécu plus de six mois et le paiement des frais de 825 $ CA. Des frais additionnels de 500 $ CA s'appliquent pour l'obtention du statut de résident permanent au Canada. Notez que la décision de sélection permanente par le Québec est valable 24 mois ou jusqu'à ce qu'une décision ait été rendue au niveau fédéral.

Lorsque toutes ces démarches sont effectuées, et sur acceptation du gouvernement fédéral canadien, vous pouvez faire apposer le visa sur votre passeport directement auprès de l'ambassade du Canada de votre région ou l'envoyer par courrier'; l'ambassade vous le retournera par voie postale. Les citoyens de certains pays ayant passé un accord avec le Canada, comme la France, n'ont pas besoin du visa et reçoivent simplement un courrier nommé "Confirmation de Résidence permanente".

Une fois le statut de résident permanent obtenu, vous recevrez votre carte de résident permanent à votre adresse au Canada. Notez que vous disposez d'un délai de 180 jours pour envoyer votre adresse à Immigration, Réfugiés, Citoyenneté Canada (IRCC), une fois que vous serez arrivé au Canada. Si vous dépassez ce délai, vous devrez payer des frais de 50 $ CA et demander une nouvelle carte. La carte de résident permanent, valable cinq ans, est une pièce d'identité à part entière. Des frais de 50 $ CA s'appliquent pour son renouvellement.

Le permis de travail temporaire

Pour demander un visa de travail temporaire au Québec, vous devez au préalable décrocher un contrat de travail dans la province. Pour ne pas concurrencer les Canadiens sur le marché de l'emploi local, la Direction des ressources humaines (DRH) de l'entreprise qui souhaite vous embaucher doit faire certifier l'offre d'emploi auprès du ministère des Ressources humaines du Canada et réaliser une Ces deux procédures sont payantes.

L'entreprise qui souhaite vous employer devra faire paraître l'offre d'emploi sur le site Internet d'Emploi Québec, afin que des travailleurs locaux puissent éventuellement se manifester.

Si la réponse à l'EIMT est favorable, le candidat étranger devra procéder à une demande de sélection temporaire auprès du MIFI. Des frais de 205 $ CA s'appliquent pour cette demande.

Une fois votre sélection temporaire obtenue, vous devez envoyer votre demande de permis de travail par voie postale au bureau fédéral de Vegreville en Alberta ou déposer une . Si vous êtes déjà au Québec, vous pourrez l'obtenir directement auprès du bureau de l'immigration lors d'un passage d'entrée sur le territoire canadien.


L'employeur qui souhaite vous embaucher sera dispensé d'EIMT si vous avez obtenu un CSQ pour la résidence permanente ou un permis jeune professionnel. De plus, certaines professions sont exemptées de permis de travail (athlètes, journalistes, etc.). La liste de ces professions est disponible sur le .

Le PVT - Programme Vacances Travail

Le PVT Canada est un permis de travail temporaire et ouvert qui offre la possibilité aux ressortissants âgés de 18 à 30 ans (voire 35 ans si vous êtes français) d'un trentaine de pays de travailler sur le territoire canadien. Ce programme dépend d'Expérience Internationale Canada (EIC) qui permet aux jeunes d'acquérir une expérience professionnelle au Canada. Notez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une offre d'emploi pour bénéficier de ce programme.

Pour obtenir un PVT, vous devez vous inscrire en ligne au bassin de candidats d'EIC et attendre l'ouverture d'une ronde d'invitation par le gouvernement canadien. Vous ne pourrez présenter une demande que si le gouvernement canadien vous tire au sort et vous invite à le faire.

Depuis novembre 2014, la durée du PVT Canada est de 24 mois. Les candidats en provenance du Royaume-Uni, de Finlande, de Suède, du Danemark, d'Autriche, de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Irlande, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Suisse, d'Afrique du Sud et d'Ukraine peuvent participer au programme EIC. Les conditions peuvent différer selon la nationalité du demandeur.

Afin de constituer votre dossier de demande, vous devez fournir les documents suivants : une photocopie du passeport, un CV, quatre photos de type passeport et une attestation financière certifiant que pourrez subvenir à vos besoins à hauteur de 2500 $ CA et des certificats de police des pays dans lesquels vous avez vécu Vous devrez également présenter une preuve d'assurance pour toute la durée de votre séjour. Durant le covid, il était demandé aux demandeurs d'un PVT de présenter une promesse d'embauche d'un employeur canadien. Cette mesure n'est plus en vigueur depuis la réouverture des frontières du Canada le 7 septembre 2021.

Si vous souhaitez travailler dans le milieu hospitalier ou éducatif, une visite médicale peut être exigée. Postez ensuite votre demande à l'Ambassade du Canada de votre pays ou au bureau des visas qui couvre votre zone géographique. Les délais de traitement sont variables, entre trois et huit semaines en général.

Si votre demande est acceptée, présentez la lettre d'acceptation que vous aurez reçue aux services de l'immigration dès l'arrivée au Canada. Les agents d'immigration vous demanderont également l'attestation d'assurance maladie-hospitalisation-rapatriement que vous devez obligatoirement souscrire avant le départ. On pourrait aussi vous demander de présenter un billet d'avion de retour.

Sachez enfin que le visa PVT n'est pas renouvelable : on peut ne le demander qu'une fois. Néanmoins, si vous avez demandé un visa PVT pour une durée inférieure à un an et que vous désirez le prolonger, faites-en la demande au minimum 30 jours avant la date d'expiration du permis auprès des services d'immigration.

Des frais administratifs de 341 $ CA en septembre 2021 sont applicables pour une demande de PVT.

Le permis jeune professionnel
Le permis jeune professionnel est un permis de travail fermé qui s'adresse aux jeunes dont le pays a passé un accord bilatéral avec le Canada et qui détiennent une offre d'emploi d'un employeur canadien. Le poste doit être lié à leur domaine d'études ou à leur parcours professionnel. Pour obtenir un permis jeune professionnel, vous devrez vous inscrire dans le bassin de candidats d'EIC, comme pour le PVT, et attendre d'être tiré au sort et de recevoir une invitation à présenter une demande. Votre employeur devra de son côté se créer un profil sur le portail des employeurs, créer une offre d'emploi, payer des frais de conformité de 230 $ et vous donner le numéro de l'offre d'emploi car vous devrez l'inscrire dans votre demande après avoir reçu une invitation. Si vous recevez une invitation, vous aurez vous aussi des frais de 156 $ à payer. Notez que le permis jeune professionnel ne permet pas de changer d'employeur comme bon vous semble. Comme pour le PVT, vous devrez souscrire à une assurance maladie-hospitalisation-rapatriement d'une durée de 24 mois, qui est la durée maximale du permis jeune professionnel.



... BACK



Le marché et les Visas de travail au Québec Canada


Parmi les secteurs les plus en croissance, on peut aussi mentionner l'aérospatiale. Ce secteur représenterait 39 130 emplois répartis dans 205 entreprises, selon des données de 2016 du ministère de l'économie, des sciences et de l'innovation du Québec. Montréal est considérée comme le 2e pôle de l'industrie aérospatiale en Amérique du Nord. Bell, Bombardier, Helicopter Textron et Pratt & Whitney sont quelques-unes des entreprises d'aérospatiale basées à Montréal.

La métropole québécoise est également considérée comme la capitale canadienne de la production de jeux-vidéos. Le Grand Montréal serait même le 5ème pôle mondial du jeu vidéo selon le site Montréal International. Des entreprises mondialement connues comme Ubisoft, Gameloft, Warner Bros et Eidos ont des studios à Montréal. Selon l'Entertainment Software Association of Canada (ESAC), le nombre d'entreprises du secteur a augmenté de 42 % depuis 2015. En fait, c'est une ville très dynamique sur le plan de la créativité : les secteurs des effets visuels et du cinéma y ont d'ailleurs une place de choix. Selon le site Je Choisis Montréal, les secteurs de l'intelligence artificielle, des sciences de la vie et des technologies de la santé devraient eux aussi recruter à tour de bras dans les années à venir. Comme partout au Québec, Montréal a également un fort besoin d'infirmières, d'aides-soignants, etc.

Les postes qui emploient le plus grand nombre de personnes à Montréal
Le secteur du tertiaire est également très dynamique à Montréal. Dans la liste des professions les plus en demande à Montréal, qui peut être consultée sur le site Organismes.org, on retrouve, par exemple, les métiers d'enseignant, d'aide-infirmière, de travailleur social, d'aide-familial, de chef-cuisinier, de soudeur, d'installateur et réparateur d'outil de télécommunication, de mécanicien, de chauffeur-livreur et de manutentionnaire.

Certaines professions qui n'exigent pas un haut niveau d'études ni de spécialisation sont bien valorisées au Québec. Par exemple, grâce aux pourboires, un serveur peut gagner près de 17 $ CA de l'heure à Montréal, voire plus selon l'achalandage du restaurant dans lequel il travaille. Il en va de même, par exemple, pour les agents de sécurité qui doivent être payés au minimum 18,34 $ CA de l'heure, salaire auquel s'ajoutent éventuellement des primes de déplacement, des primes de nuit ou des primes d'utilisation d'un véhicule personnel.

Des outils pour explorer les perspectives d'emploi dans son domaine à Montréal
Si vous souhaitez explorer les perspectives offertes dans votre domaine d'emploi ou dans votre domaine d'étude à Montréal, n'hésitez pas à aller fouiller sur le site d'Emploi Québec. Faire une recherche sur votre métier dans l'onglet Métiers et professions de la section Information sur le marché du travail (IMT) vous permettra de connaître le salaire horaire estimé au Québec et d'avoir des informations sur les perspectives d'emploi, sur la nature du travail et sur les fonctions qui y sont reliées. Vous pouvez également consulter la section Analyse de tendance du site officiel Guichet-emplois.ca.

La culture du travail à Montréal

1-Les rapports de travail à Montréal
€ Montréal, le poids de la hiérarchie n'est pas aussi lourd que dans d'autres pays. Vous pourrez très facilement discuter avec votre patron, que les Montréalais désignent par le terme " boss ", ainsi qu'avec vos autres supérieurs. De plus, les Québécois se tutoient d'emblée au travail comme dans la rue et dans les commerces. Cette règle peut faciliter les rapports humains et vous aider à vous sentir proche de vos collègues, à condition, bien s»r, de ne pas oublier d'être respectueux pour autant.

Même en cas de désaccord ou mésentente, les Québécois s'efforcent de rester calmes et polis. Si vous êtes du genre franc et impulsif, vous pourriez bien être déstabilisé par la façon dont les Montréalais gèrent les conflits.

En ce qui concerne le code vestimentaire, il est plus ou moins rigide selon l'entreprise et le secteur d'emploi. Cela dépend aussi de si vous êtes au contact d'une clientèle ou enfermé dans un bureau toute la journée. Dans certains magasins et restaurants, tout comme dans le milieu de la santé, on peut demander aux employés de porter un uniforme.

2-Les possibilités d'avancement à Montréal

A Montréal, la réussite n'est pas un complexe. Si vous prenez des initiatives et que vous vous investissez dans votre travail, vous monterez les échelons rapidement. N'hésitez pas à vous montrer ambitieux et à demander plus de responsabilités : ce sont des traits de caractère bien acceptés à Montréal.

3-Le rythme de travail à Montréal

Les horaires classiques de bureau sont de 9h à 17h. Toutefois, nombreux sont les employés qui préfèrent arriver plus tôt, entre 7h et 8h, et quittent le bureau à 15h ou 16h. En général, les Québécois sont plus lève-tot que couche-tard. Quant à la pause déjeuner, elle dure une trentaine minutes : on préfère quitter plus tôt l'après-midi que s'éterniser à midi. Evidemment, les horaires peuvent varier selon les périodes et selon les secteurs. En été, certaines entreprises ferment plus tôt pour permettre à leurs employés d'avoir leur vendredi après-midi de libre.

A Montréal, le plus important est de savoir faire preuve de flexibilité et de souplesse, surtout que les patrons aiment travailler avec des employés sur lesquels ils peuvent compter. Si vous travailler dans le secteur des services, sachez qu'il n'est pas rare de travailler les nuits et les week-ends. De plus, vous commencerez peut-être en étant sur une liste d'appel : cela signifie que votre boss ne vous appellera que s'il a du travail pour vous. En pratique, vous pouvez tout à fait travailler à temps plein en étant sur une liste d'appel, mais en théorie, votre employeur vous dira qu'il ne peut rien vous promettre en termes de temps de travail. Si vous savez vous rendre disponible quand il le faut et que vous assurez au travail, vous disposerez d'une bonne marge de man?"uvre et personne ne viendra vous reprocher de partir plus tôt de temps en temps. En fait, cela ne choquera pas, car les Montréalais aiment profiter de leurs après-midis pour s'adonner à des activités sportives ou culturelles. Les employés disponibles sont appréciés et on vous confiera certainement de plus en plus de tâches et de responsabilités.

La conciliation travail-famille est un enjeu important au Québec et les entreprises le savent bien. La loi québécoise appuie beaucoup les parents en ce sens et vous n'aurez pas trop de mal à obtenir des accommodements si vous avez des obligations familiales. Sachez que le Québec est un des endroits au monde les plus généreux en matière de congé maternel et paternel lors de la naissance d'un enfant.

4-Le 5 à 7 : un after-work à ne pas manquer à Montréal

Si vous travaillez dans une entreprise montréalaise, vous finirez inévitablement par être invité dans un 5 à 7. Ce terme désigne le fait d'aller boire un verre après le travail, de 17h - heure à laquelle la plupart des Montréalais quittent le travail - jusqu'à 19h. Le 5 à 7 est un bon moyen de côtoyer vos collègues ailleurs qu'au bureau et d'élargir votre cercle de connaissances.

5-Le droit du travail au Québec*

Partout au Québec, la durée normale d'une semaine de travail à temps plein est de 40 heures. Les heures supplémentaires sont payées une fois et demie le salaire horaire habituel ou, sur demande de l'employé, sous forme de congé équivalent aux heures supplémentaires majorées de 50 %. Tous les salariés ont droit à une pause de 30 minutes au-delà de cinq heures de travail consécutives.

Concernant les vacances, vous aurez le droit à deux semaines continues de congés payés si vous avez d'un an à moins de trois ans d'ancienneté et à trois semaines continues de congés payés à partir de trois ans d'ancienneté. Si vous avez moins d'un an d'ancienneté, vous cumulerez un jour de congé payé par mois de travail. Dans tous les cas, votre employeur a le dernier mot sur vos dates de vacances.

Les jours suivants sont fériés, chômés et payés pour la plupart des salariés :

le 1er janvier (jour de l'An)
le Vendredi saint ou le lundi de Pâques, au choix de l'employeur
le lundi qui précède le 25 mai (Journée nationale des patriotes)
le 24 juin (fête nationale du Québec)
le 1er juillet ou, si c'est un dimanche, le 2 juillet (Fête du Canada)
le 1er lundi de septembre (fête du Travail)
le 2e lundi d'octobre (Action de grâces)
le 25 décembre (jour de No«l).

Visas de travail au Québec
Le Québec est une terre d'immigration et le gouvernement québécois cherche à attirer chaque année une main-d'oeuvre qualifiée et francophone. Plusieurs possibilités s'offrent à vous si vous voulez vous installer au Québec.

Pour travailler au Québec, vous devez, une fois sur place, demander votre Numéro d'Assurance Sociale (NAS), qui est un numéro personnel d'identification indispensable pour occuper un emploi, ouvrir un compte en banque et vous enregistrer auprès de l'administration fiscale.

Vous ne pouvez pas demander votre NAS en dehors du Canada. Pour obtenir celui-ci, vous devez vous rendre auprès du centre Service Canada de votre localité avec votre passeport et une preuve de votre statut au Canada. Votre numéro NAS vous sera communiqué directement au guichet. La démarche est gratuite.

La plupart des demandeurs de résidence permanente, visa de visiteur, permis d'études et permis de travail doivent dorénavant fournir leurs données biométriques. Si vous avez déjà fourni vos données biométriques dans le cadre d'une autre demande de visa ou de permis, celles-ci demeurent valides durant 10 ans.

Le visa de résident permanent
Le statut de résident permanent permet l'installation dans la province pour une durée illimitée. Il permet d'accéder au marché du travail sans restriction et garantit à ses titulaires les mêmes droits qu'aux ressortissants québécois en ce qui concerne la santé, les prestations sociales, l'éducation et l'emploi.

La résidence permanente n'autorise cependant pas à voter ni à occuper certains emplois qui requièrent une autorisation de sécurité de haut niveau. Même avec la résidence permanente, vous ne pourrez pas demeurer au Canada si vous êtes reconnu coupable d'un acte criminel grave.

Procédure d'obtention d'un visa de résident permanent

La procédure d'obtention d'un visa de résident permanent dépend de votre profil. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration du Québec (MIFI).

Programme de l'expérience québecoise

Si vous avez obtenu un diplôme du Québec et que vous travaillez au Québec depuis au moins 12 mois à temps plein, ou que vous travaillez présentement au Québec à temps plein depuis au moins 24 mois, vous pouvez demander un Certificat de sélection du Québec (CSQ) par le bais du Programme de l'expérience québécoise (PEQ). Ce CSQ vous permettra de demander ensuite la résidence permanente au niveau fédéral. Il vous permettra aussi de rester au Québec à l'expiration de votre permis actuel, à condition d'avoir une offre d'emploi valide -Pour connaitre la liste des documents à fournir, consultez le site du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI) du Québec. Sachez également que tous les emplois ne sont pas admissibles au PEQ.

Programme régulier des travailleurs qualifiés

Pour demander la résidence permanente par le biais du Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec, les candidats peuvent déposer en tout temps une déclaration d'intérêt sur le portail Arrima. Cette procédure est gratuite et la déclaration restera valable pendant 12 mois. Le gouvernement du Québec sélectionne ensuite les candidats ayant déposé une déclaration d'intérêt en fonction des besoins de main d'oeuvre dans la Province et des profils des candidats. Les candidats francophones et ceux dont le profil correspond au marché du travail seront privilégiés. La sélection se fait donc à partir d'une grille constituée de facteurs et de critères auxquels un pointage est associé. Des points vous seront alloués pour chacun des facteurs et des critères de sélection applicables. Parmi ces facteurs et critères, on trouve, par exemple, l'âge, le niveau de scolarité, l'expérience du français, les précédents séjours au Québec, etc.

Vous devrez ensuite attendre d'être invité par les autorités à présenter une demande de sélection permanente. Si vous recevez une invitation, vous aurez alors 90 jours pour envoyer les documents exigés et payer les droits pour l'examen de votre demande. Votre demande de sélection peut être acceptée sur dossier, mais l'on peut aussi vous demander de vous rendre à une entrevue. Sachez que vous devrez envoyer vos diplômes, vos documents d'état civil, des preuves d'emploi et des preuves de votre niveau de français. Tous les documents qui sont rédigés dans une autre langue que l'anglais ou le français devront être accompagnés d'une traduction effectuée par un traducteur reconnu..


Les frais de traitement d'une demande de CSQ via PEQ sont de 822 $CA pour le demandeur principal et de 176 $ CA pour l'époux, l'épouse, le conjoint de fait et chaque enfant du demandeur principal (septembre 2021)

VISA permanent
Après la sélection par le Québec, vous devrez passer l'ultime étape du processus d'immigration : celle de l'admission par le gouvernement fédéral canadien. C'est à ce stade que vous demanderez votre visa de résident permanent.

Vous joindrez à votre demande de visa votre CSQ ainsi que des documents annexes tels que des attestations médicales, un extrait de casier judiciaire pour chaque pays dans lequel vous avez vécu plus de six mois et le paiement des frais de 825 $ CA. Des frais additionnels de 500 $ CA s'appliquent pour l'obtention du statut de résident permanent au Canada. Notez que la décision de sélection permanente par le Québec est valable 24 mois ou jusqu'à ce qu'une décision ait été rendue au niveau fédéral.

Lorsque toutes ces démarches sont effectuées, et sur acceptation du gouvernement fédéral canadien, vous pouvez faire apposer le visa sur votre passeport directement auprès de l'ambassade du Canada de votre région ou l'envoyer par courrier'; l'ambassade vous le retournera par voie postale. Les citoyens de certains pays ayant passé un accord avec le Canada, comme la France, n'ont pas besoin du visa et reçoivent simplement un courrier nommé "Confirmation de Résidence permanente".

Une fois le statut de résident permanent obtenu, vous recevrez votre carte de résident permanent à votre adresse au Canada. Notez que vous disposez d'un délai de 180 jours pour envoyer votre adresse à Immigration, Réfugiés, Citoyenneté Canada (IRCC), une fois que vous serez arrivé au Canada. Si vous dépassez ce délai, vous devrez payer des frais de 50 $ CA et demander une nouvelle carte. La carte de résident permanent, valable cinq ans, est une pièce d'identité à part entière. Des frais de 50 $ CA s'appliquent pour son renouvellement.

Le permis de travail temporaire

Pour demander un visa de travail temporaire au Québec, vous devez au préalable décrocher un contrat de travail dans la province. Pour ne pas concurrencer les Canadiens sur le marché de l'emploi local, la Direction des ressources humaines (DRH) de l'entreprise qui souhaite vous embaucher doit faire certifier l'offre d'emploi auprès du ministère des Ressources humaines du Canada et réaliser une Ces deux procédures sont payantes.

L'entreprise qui souhaite vous employer devra faire paraître l'offre d'emploi sur le site Internet d'Emploi Québec, afin que des travailleurs locaux puissent éventuellement se manifester.

Si la réponse à l'EIMT est favorable, le candidat étranger devra procéder à une demande de sélection temporaire auprès du MIFI. Des frais de 205 $ CA s'appliquent pour cette demande.

Une fois votre sélection temporaire obtenue, vous devez envoyer votre demande de permis de travail par voie postale au bureau fédéral de Vegreville en Alberta ou déposer une . Si vous êtes déjà au Québec, vous pourrez l'obtenir directement auprès du bureau de l'immigration lors d'un passage d'entrée sur le territoire canadien.


L'employeur qui souhaite vous embaucher sera dispensé d'EIMT si vous avez obtenu un CSQ pour la résidence permanente ou un permis jeune professionnel. De plus, certaines professions sont exemptées de permis de travail (athlètes, journalistes, etc.). La liste de ces professions est disponible sur le .

Le PVT - Programme Vacances Travail

Le PVT Canada est un permis de travail temporaire et ouvert qui offre la possibilité aux ressortissants âgés de 18 à 30 ans (voire 35 ans si vous êtes français) d'un trentaine de pays de travailler sur le territoire canadien. Ce programme dépend d'Expérience Internationale Canada (EIC) qui permet aux jeunes d'acquérir une expérience professionnelle au Canada. Notez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une offre d'emploi pour bénéficier de ce programme.

Pour obtenir un PVT, vous devez vous inscrire en ligne au bassin de candidats d'EIC et attendre l'ouverture d'une ronde d'invitation par le gouvernement canadien. Vous ne pourrez présenter une demande que si le gouvernement canadien vous tire au sort et vous invite à le faire.

Depuis novembre 2014, la durée du PVT Canada est de 24 mois. Les candidats en provenance du Royaume-Uni, de Finlande, de Suède, du Danemark, d'Autriche, de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Irlande, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Suisse, d'Afrique du Sud et d'Ukraine peuvent participer au programme EIC. Les conditions peuvent différer selon la nationalité du demandeur.

Afin de constituer votre dossier de demande, vous devez fournir les documents suivants : une photocopie du passeport, un CV, quatre photos de type passeport et une attestation financière certifiant que pourrez subvenir à vos besoins à hauteur de 2500 $ CA et des certificats de police des pays dans lesquels vous avez vécu Vous devrez également présenter une preuve d'assurance pour toute la durée de votre séjour. Durant le covid, il était demandé aux demandeurs d'un PVT de présenter une promesse d'embauche d'un employeur canadien. Cette mesure n'est plus en vigueur depuis la réouverture des frontières du Canada le 7 septembre 2021.

Si vous souhaitez travailler dans le milieu hospitalier ou éducatif, une visite médicale peut être exigée. Postez ensuite votre demande à l'Ambassade du Canada de votre pays ou au bureau des visas qui couvre votre zone géographique. Les délais de traitement sont variables, entre trois et huit semaines en général.

Si votre demande est acceptée, présentez la lettre d'acceptation que vous aurez reçue aux services de l'immigration dès l'arrivée au Canada. Les agents d'immigration vous demanderont également l'attestation d'assurance maladie-hospitalisation-rapatriement que vous devez obligatoirement souscrire avant le départ. On pourrait aussi vous demander de présenter un billet d'avion de retour.

Sachez enfin que le visa PVT n'est pas renouvelable : on peut ne le demander qu'une fois. Néanmoins, si vous avez demandé un visa PVT pour une durée inférieure à un an et que vous désirez le prolonger, faites-en la demande au minimum 30 jours avant la date d'expiration du permis auprès des services d'immigration.

Des frais administratifs de 341 $ CA en septembre 2021 sont applicables pour une demande de PVT.

Le permis jeune professionnel
Le permis jeune professionnel est un permis de travail fermé qui s'adresse aux jeunes dont le pays a passé un accord bilatéral avec le Canada et qui détiennent une offre d'emploi d'un employeur canadien. Le poste doit être lié à leur domaine d'études ou à leur parcours professionnel. Pour obtenir un permis jeune professionnel, vous devrez vous inscrire dans le bassin de candidats d'EIC, comme pour le PVT, et attendre d'être tiré au sort et de recevoir une invitation à présenter une demande. Votre employeur devra de son côté se créer un profil sur le portail des employeurs, créer une offre d'emploi, payer des frais de conformité de 230 $ et vous donner le numéro de l'offre d'emploi car vous devrez l'inscrire dans votre demande après avoir reçu une invitation. Si vous recevez une invitation, vous aurez vous aussi des frais de 156 $ à payer. Notez que le permis jeune professionnel ne permet pas de changer d'employeur comme bon vous semble. Comme pour le PVT, vous devrez souscrire à une assurance maladie-hospitalisation-rapatriement d'une durée de 24 mois, qui est la durée maximale du permis jeune professionnel.



... BACK



 PAGES [ la plus récente: 19 ] [ archives: 18 - 17 - 16 - 15 - 14 - 13 - 12 - 11 - 10 - 9 - 8 - 7 - 6 - 5 - 4 - 3 - 2 - 1 - ]
Powered by MMS - © 2019 EUROTEAM